Quelques nouvelles rapides …

Cinq jours sans connexion, ça se sent …
Un dernier article sur Josie terminera mon expérience à « Agapantos », l’oliveraie …
Un article sur mon passage à Bolnuevo où j’ai fait étape pendant trois nuits …
Un article sur les belles rencontres faites au cours de ces cinq jours …
Et enfin, mon arrivée ici, à Entrerrios …

J’espère pouvoir écrire tous ces articles, quitte à être très brève pour une fois (mais saurai-je l’être ?)

Je voulais simplement vous dire que tout va bien … et un peu plus …

J’ai quitté El Perello, en Catalogne, sous un beau soleil, mais avec un bon vent … j’avais prévu rester jusqu’à la fin du mois, afin que Terra reste le plus longtemps possible avec sa mère et ses frère et sœurs … le dernier week end fut assez pluvieux, avec un beau vent qui poussait les gros nuages noirs au-dessus de nos têtes … j’ai donc attendu lundi pour atteler, car je n’aime pas du tout atteler sous la pluie : dans la précipitation je peux oublier des choses importantes, ensuite, on est trempé pour conduire, et faire la route sous des trombes d’eau, je n’aime pas non plus …

Entre L’Ametllla da Mar (El Perello) et Mijas (Entrerrio) j’ai totalement zappé l’itinéraire touristique que je m’étais concocté avant de quitter la France (tout comme j’ai zappé celui concocté à partir des Saintes Maries …). Je n’avais que cinq jours devant moi, pour parcourir plus de 900 km – qu’est-ce que c’est grand l’Espagne - … et un bébé chien à rassurer, et à accueillir dans son nouveau mode de vie … J’ai fait mes choix, sans regrets, tant pour le chiot que pour mes engagements dans le workaway : je savais « en partant » que j’irais là où le vent me mènerait, alors oui, j’avais des idées sur ce que je voulais faire et voir, mais je reste assez ouverte sur ce qui peut se présenter, l’important pour moi étant de me sentir bien, c'est-à-dire à la juste place au moment juste … mon souhait est de faire de bonnes expériences et de découvrir « le monde », c'est-à-dire des lieux, des gens, des cultures, des façons de faire et d’être que je ne connais pas ou que je connais peu … quand l’expérience ne m’enrichit pas, et que j’ai l’impression de perdre mon temps ou pire de me perdre, je peux l’interrompre …

J’ai cherché un point de chute à mi-distance, l’un des campings de Mazarron était - quand-même – dans mes prévisions, j’ai donc choisi de faire étape là …

Exit donc, la découverte de Valence, de Murcie, du parc de Cabo de Gata, et de la Sierra Nevada, où j’avais imaginé me balader en raquette (station de ski de Pradollano) … Exit la balade – bien chaussée cette fois – dans cette merveilleuse ville de Grenade …

Je me suis arrêtée à Bolnuevo, un point sur la carte que je ne connaissais pas, j’avais juste repéré le camping lors de mes soirées d’hiver … Bolnuevo, un petit village dans la baie de Mazarron, qui au premier regard n’a rien de bien génial, on se demande bien pourquoi il y a là un si grand camping, quasiment plein … en deux jours/trois nuits, je n’ai pas eu le temps de voir grand’chose, mais le peu que j’ai vécu là m’a beaucoup étonnée …et m’a beaucoup plu … c’est en partant, que j’ai commencé à comprendre pourquoi Linda m’a dit « Ici on est dans notre bulle » … oui, c’est un endroit très tranquille, tellement tranquille qu’il ne s’y passe rien (sauf une fois l’an, une procession religieuse qui a eu lieu le we précédant mon arrivée), rien de grandiose non plus côté nature, et pourtant, une ambiance « unique » … des couchers et des levers de soleil magnifiques, la montagne qui s’avance dans la mer, un village de deux kilomètres de long traversé par une rue banale, mais avec « côté mer » une promenade piétonne très agréable, et « côté terre » de multiples chemins qui emmènent au cœur de la sierra … bref, j’ai presque quitté Bolnuevo à contre-cœur …

J’ai repris la route en direction de la Costa del Sol … j’ai quitté Bolnuevo par 18° vers 10h du matin, j’ai failli me mettre en short, mais j’ai opté pour le jogging confortable … je ne savais pas que le GPS me ferait passer par la montagne !!! Il m’a fait prendre l’A92, une belle autoroute gratuite (ou presque) qui grimpe allègrement à plus de 1400 m d’altitude, je ne l’ai pas trop senti au niveau de la conduite, mais j’ai vu le thermomètre descendre proportionnellement à la montée, et quand j’ai dû m’arrêter faire un plein par 6° en plein vent, en sandales et T-shirt, je n’ai pas traîné … j’ai traversé des paysages magnifiques, montagneux mais variés, j’ai vu au loin des sommets enneigés, puis j’ai amorcé la descente vers la côte, pour rejoindre l’A7, l’autoroute de la Méditerranée, autre ambiance, solaire-maritime-urbaine, avec les températures adéquates …

Le début de cet article a été rédigé il y a quelques jours déjà … eh oui, la connexion, est parfois capricieuse, et moi, je ne suis pas toujours dispo pour aller me connecter …
Je zapperai les articles annoncés, hormis un article rapide sur Bolnuevo, mais j’y mettrai tout pêle-mêle, pas le temps de faire du tri entre les différentes expériences … Je suis à Entrerrios depuis cinq jours maintenant, je suis dans « une autre vie », difficile de revenir sur ce qui est passé …

Une petite vidéo sur le voyage est en cours de préparation ... en attendant, quielques photos des chiennes qui vont très bien et s'entendent à merveille ...

A bientôt !

Copie de PC020052

Copie de PC020063

Copie de PC030216