Bolnuevo … où je n’ai passé que deux jours …

Ah, par où commencer …

Par le commencement … arrivée à une dizaine de km du camping en fin d’après-midi, soleil éblouissant de face, j’ai loupé la sortie d’autoroute, j’ai donc dû faire demi-tour à la sortie suivante, ce qui m’a permis de voir enfin le paysage, grâce au soleil dans le dos … et un soleil déclinant, ça donne de très belles couleurs, c’est ce qu’on voit sur la vidéo, juste avant le titre « Bolnuevo-Malaga » …

Le camping est situé juste à l’entrée du village, ainsi, aucune difficulté à le trouver …
Quand je l’ai vu, je me suis dit « Ouh la la, dans quoi j’arrive !!! » Très grand, des camping-cars et des caravanes parfaitement alignés, presque les uns contre les autres, le long d’allées rectilignes (inquiétude) … du fleurissement exotique et exubérant (c’est au moins ça), et plein de papy-mamies qui circulent à vélo ou tchatchent appuyés sur les vélos (sourire) … accueil impeccable en français (ça rassure), je peux aller chercher une place qui me convient à l’aide du plan … Quel "bol", il y a une place de libre juste dans l’un des « blocs » face à la plage …vue dégagée, voisins seulement sur les côtés …(satisfaction et gratitude)

Je commence à faire mes manœuvres au mover (cette place n’étant pas accessible en voiture), et là, on commence à m’aider, à me faire des signes pour la direction, etc … aide dont je n’ai nullement besoin, mais d’emblée, je perçois une ambiance différente des campings fréquentés jusqu’à présent : ici, le contact est immédiat … ce sont donc trois messieurs qui m’accueillent et m’aident sans oublier les petites farces pour faire rire, un français, un hollandais et un allemand … on communique dans un mix d’anglais et d’allemand, et bien sûr en pur français (ah, comme ça fait du bien !)

J’ai eu peur de tomber dans une « usine » à campeurs, à l’instar des ces aires de camping-car qui ressemblent à des cités HLM, en fait je me retrouve dans une ambiance de village … les caravanes et les camping-car sont là pour des mois, il y a beaucoup de décos, d’arrangements extérieurs, et carrément des petits jardins … les emplacements sont assez spacieux, du fait que les voitures ont leurs emplacements propres (numérotés). J’entends rire, s’exclamer, parler, ça sent la convivialité … (le lendemain, un couple de français me dira venir ici depuis 23 ans !!! et y retrouver des amis chaque année – quand ceux-ci ne sont pas partis au paradis …)

Le soir, en faisant le tour du camping, je vois aussi beaucoup de décorations lumineuses, certaines kitsch (mais pour une fois ça me plaît), d’autres très cosy … les auvents ressemblent à d’agréables vérandas, avec bougies et plantes vertes … et … il y a même quelques sapins de Noël ! Tout le monde circule à vélo, s’arrête, bavarde, et reprend son chemin … Que des retraités, dont les véhicules sont immatriculés en France, Allemagne, Suisse, Pays-bas, Suède, Grande Bretagne …

Le temps de mes manœuvres, j’ai aperçu le ciel d’une beauté époustouflante, le coucher de soleil était merveilleux, mais je n’ai pas eu le temps de l’admirer vraiment … Après m’être installée, à la nuit tombée, j’ai fait un saut dans le village, ça semble être une longue rue sans intérêt, je suis allée faire quelques courses au Spar, un tout petit magasin qui ressemble à une caverne d’Ali Baba : les tongs et maillots de bain côtoient le matos de camping et les produits d’entretien, face aux gâteaux secs et aux conserves … les fruits et légumes se pèsent au rayon boucherie-fromages, ambiance bon-enfant là aussi, l’employée de ce rayon me conseille « los cameros oviejo » (je lui ai fait comprendre que je voulais un bon fromage, qui a du goût, mais que je ne savais lequel choisir …). Je craque de nouveau pour quelques tablettes de turon (ah oui, je n’en ai pas parlé, mais depuis mon arrivée en Espagne, je mange du turon dur tous les jours … il va falloir que je me calme …) et me prends une petite bière pour accompagner le chorizo …

Il fait chaud, je transpire, et à 21h, lorsque je fais mon petit tour du camping, je suis toujours en T-shirt …

Pendant la nuit, le vent s’est levé, mais j’ai quand-même eu trop chaud, au point de dormir sans couette …
Le lendemain, le vent souffle, ça rafraîchit terriblement l’air, et la ballade matinale pour les chiens se fait en pull, et bonnet de laine …

Nous arrivons à un autre aspect très important de ce lieu : les chiens …
Ici, tout le monde en a au moins un … ça va du chihuahua au grand berger des Pyrennées, en passant par les bichons maltais, les bobtails et toutes sortes de corniauds recueillis au cours des périples … le matin à 8 heures, sur la plage, face au soleil levant, c’est le ballet des chiens qui courent après les baballes, qui vont chercher des bâtons, se poursuivent, se reniflent, tandis que les maîtres et les maîtresses en profitent pour discuter, se marrer, etc … accessoire omniprésent dans toutes les poches : le petit rouleau de sacs à crottes … tous les 10 mètres, sur la promenade qui longe la plage, il y a des poubelles, et apparemment, elles ne servent qu’à ça : dedans, on n’y voit que des petits sachets, de toutes les couleurs …
Plume et Terra ont du succès, l’une pour son dynamisme et son enthousiasme débordant (ça me gêne toujours, mais les gens en rient de bon cœur), l’autre pour sa fragilité de bébé et son côté très tendre …
Tous les mercredis matin au camping, il y a un service de vétérinaire ambulant, et quand j’irai m’adresser à eux en fin de matinée pour avoir un anti-puce « pour un chiot de 3 mois », le vétérinaire me dira « Vous êtes la maîtresse du petit podenco ? »

Grâce aux chiens, j’ai fait des rencontres intéressantes … j’ai rencontré un couple d’espagnols qui avait, entre autres chiens, un magnifique podenco (qui a terrorisé la petite Terra, qui faisait ses premiers pas loin de sa nichée). En onze ans, ils ont recueilli deux cents chiens, qu’ils remettent en forme et gardent en nourrice avant de les confier à des familles, en Espagne, en France, en Suisse … j’ai discuté avec plusieurs personnes, en français, en allemand, en anglais, ça commence toujours sur le sujet des chiens, mais on peut assez vite arriver à échanger sur d’autres sujets … c’est ainsi que j’ai fait la connaissance de Linda, qui promenait son petit chien le long du camping et qui s’est attardée devant Plume et Terra …

Peu de temps avant d’entreprendre mon voyage, j’avais passé une demi-heure très riche de sens et de contenu avec Martine, l’amie de Michèle … et au moment de la quitter, je lui avais dit « C’est ça que j’espère pour mon voyage, des rencontres riches et intenses, même si elles ne doivent durer qu’un quart d’heure, mais des rencontres où chaque personne repart enrichie et heureuse » … « Tu les feras, ne t’inquiète pas … » Avec Linda, on a commencé à parler chiens, mais ça a pris assez rapidement une autre tournure, le français aidant !!! Comme sa promenade correspondait à son temps de pause pendant son travail (travail à distance), nous nous sommes donné rendez-vous pour le lendemain matin, afin de discuter plus longuement…
J’adore ces moments où l’on retrouve des sœurs ou des frères d’âme, des compagnes ou compagnons de route qui se croisent au fil des vies à travers le temps … en deux heures, nous nous sommes apporté mutuellement un vent bienfaisant de hautes vibrations, et chacune est repartie de son côté, regonflée d’énergie et de joie intérieure …
Linda et son compagnon habitent ici (pas au camping !) quelques mois d’hiver, depuis trois ans, sinon, c’est la France, ou l’Angleterre … ou le Canada … ou l’Australie …

Je croyais que Bolnuevo était un village-rue sans intérêt, mais je me suis vite aperçue, que de part et d’autre de la rue principale, il y avait des maisons qui donnaient soit sur la plage et la promenade piétonne qui la longe, soit sur la montagne … au bout du village, il y a une grande place avec d’étranges rochers sculptés par le vent, et qui forment comme un portail d’accès à la sierra … de là partent les chemins qui sillonnent une montagne aride surplombant la mer …
Si l’on reste côté mer, dès que l’on sort du village, la grande plage fait place à de jolies petites criques pleines de charme …
Parmi les retraités-campeurs, il y a des personnes très sportives, qui partent randonner tous les jours dans la montagne … et d’autres qui vont simplement faire de petites ballades, mais que ce soit pour de la grande marche ou de la promenade, beaucoup utilisent les bâtons de marche … j’avais vu sur des sites de rando, que ça se fait de plus en plus de marcher avec des bâtons (j’ai même dans mes favoris, un article sur le choix des bâtons, et comment les tenir, etc …) Si j’étais restée plus longtemps, en faisant plus ample connaissance avec ces marcheurs, j’aurais fait un test …

Le camping « de la playa », le bien nommé, est situé le long d’une belle et longue plage exposée plein sud … ce qui garantit du soleil toute la journée, mais aussi de somptueux levers et couchers de soleil … avec des accès directs à la plage, c’est le paradis pour les chiens … j’ai vu des gens se baigner (dont trois mamies qui ont couru « à la baille » en se donnant la main – merde la jolie photo que j’aurais pu faire- ), moi, je n’ai pas eu le temps … 

Le matin, l’air est très vif, surtout s’il y a du vent, mais la température monte très vite et en fin de matinée, il fait déjà bien chaud … j’ai passé mes deux après-midi à lézarder en plein soleil sur mon lit, baie de chambre grande ouverte !!!

Bref … j’ai adoré ce bref séjour à Bolnuevo et au camping de la Playa … l’environnement est exceptionnel, rien de grandiose, juste beau et tranquille, et peu commun … des gens sympathiques, de tous horizons, le grand bleu du ciel au dessus du grand bleu de la mer, et la nature à portée de main … un petit magasin de quartier « où on trouve de tout », quelques petits restos et bars à tapas, et une grande pharmacie où on parle un français impeccable … une école primaire (pour moi ça reste « important », d’entendre les gamins à l’heure de la récré, et de les voir à la sortie de l’école, un goûter à la main …) et une église dont les cloches sonnent les heures … un petit quelque chose loin de tout et hors du temps, « notre bulle » comme disait Linda …

C’était du lundi 1er décembre au soir, au jeudi 4 le matin … quelque part dans la province de Murcia, en baie de Mazarron …

 

Quelques photos, un peu pêle-mêle, car je ne sais pas comment les intégrer au texte ... prenez, goûtez, c'est Bolnuevo ...

Copie de PC020039

Copie de PC020078

Image "typique" de cette promenade et de ses promeneurs ...

Copie de PC020081

Au bout du village, "côté terre", ces magnifiques rochers ...

Copie de PC020086

Copie de PC020089

Copie de PC020093

Copie de PC020094

... et "côté mer", ces petites criques ...

Copie de PC020103

Copie de PC020109

Copie de PC030155a

Chez Linda ...

Copie de PC020135a

Les couchers de soleil sont magnifiques, toujours différents d'un jour à l'autre ...

Copie de PC030146

... et les levers de soleil tout aussi impressionants ...

Copie de PC030153

... quel étrange défilé, juste au-dessus de l'horizon ...

Copie de PC020060

... ma caravane est là, derrière le palmier, à droite de la toile verte ...

Copie de PC030160

Copie de PC030168

Les sanitaires ont un petit air d'Alhambra ...